Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des genres
MessagePublié: Dim Jan 02, 2011 17:08 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Qu’est-ce que la dance music ? Un vaste courant qui divise par son étiquette de musique facile, faite pour les disco-mobiles des camping quand elle n’est pas diffusée dans les stades de foot ? C’est plus compliqué que ça. Un bon morceau de dance music, c’est avant tout rendre accessible ce qui ne l’est pas, de donner la sensation à l’auditeur de découvrir quelque chose de neuf, d’excitant, à savoir les expérimentations réalisées quelques années plus tôt par l’illustres inconnus.

Malheureusement aujourd’hui, ce n’est plus possible pour plusieurs raisons. Depuis 15 ans, la dance-music ne fait que répéter les mêmes formules et les récupérations commerciales n'ont plus le même impact qu'avant. Ces dernières années, le r’n’b et le rap se vantent même de créer de nouvelles musiques sauf que cela a déjà été réalisé deux décennies plus tôt. Puis s’il faut retourner aux sources, «The message» de Grand master flash, l’un des premiers morceaux rap ayant utilisé les sons électroniques, date de 1983. Quatre ans plus tard, les Beatmasters étaient l'un des premiers groupes a mettre du rap dans leur dance-music.

Lorsque certains découvriront les morceaux référencés, ils pourront aussi répliquer en disant que certains morceaux issus du disco, du funk et de la new-wave, pour ne citer que ceux-là, étaient des bonnes récupérations commerciales... ou pas. Il est clair qu’on ne mettra pas au même niveau un morceau de Boney M aujourd’hui repris via un projet d’Armand van helden, qu’un morceau de Telex, l’un étant plus populaire que l’autre (inutile de préciser lequel).

Le but de ce topic est de s’arrêter sur une période précise où les expérimentations des années 80 changèrent la dance music par le biais de la technologie. L’histoire commence en été 1987 à Ibiza lorsque quelques DJ diffusèrent les premiers morceaux d’Acid house crées venant de Chicago. De retour de vacances, les anglais en firent un courant majeur qui se répandit à travers toute l’Europe, avant que les allemands ne s’inspirent de la Techno de Détroit et de leur EBM pour créer la leur, peu après la chute du mur de Berlin. Parallèlement, les maisons de disques en profitèrent pour mettre en avant leur propres avatars créant la confusion dans les charts de l’époque, avant que l’Eurodance n’écrase tout sur son passage, marquant ainsi la fin d’une période dite créative pour des morceaux du genre (pris au sens large) destinés au grand public.

En guise d’ouverture, j’ai choisi un morceau paru avant cette période mais qui a marqué par sa singularité et cousinage avec n’importe quel titre de house-music de la fin des années 80, Avec «Nineteen », Paul hardcastle s’est classé numéro 1 quand quelques pays et 15e en france en automne 1985 (grâce au featuring d’Yves Mourousi).

Bonne écoute.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Dim Jan 02, 2011 18:50 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Plantons un peu le contexte sonore. Nous sommes en automne 1987, le raz de marée est sensé commencer avec deux titres majeurs, composés majoritairement de samples. Alors que M/A/A/R/S nous propose de monter le volume, "Pain it full" d'Eric B & Rakim est probablement le premier morceau de "rap" qu’on ait pu entendre sur les ondes françaises.
La majeure partie des radios locales ayant été rachetées par Skyrock, Métropolis & co, ils n’étaient diffusées que lors d’émissions spécialement dédiées à la dance music, voir selon l’envie du programmateur si celui-ci osait sortir des titres les plus demandés au standard. Il faudra attendre quelques mois avant d’entendre des morceaux de ce style.

A l’époque, ce sont surtout les versions club des artistes pop qui se taillent la part du lion. Il est clair qu’en écoutant les versions longues de cette année-là, avec leurs boites mis en avant ... au pif, "Never can say goodbye" des Communards, "What I have done to deserve this ?" des Pet shop boys, ou "Behind the wheel" de Depeche mode, on peut remarquer que tout est en place pour que l’oreille de l’auditeur soit bien préparé aux bouleversements à venir.
En écoutant "Respectable" de Mel & Kim ou "Nothing’s gonna stop me now" de Samantha Fox, (produits le trio Stock Aitken et Waterman, plus commercial tu meurs), on peut constater que, même les artistes de pop jetable ont des versions club potables. Les artistes français ne dérogent pas à la règle, "Une autre histoire" de Gérard Blanc et "Le Jerk" de Thierry Hazard ont été remixés par Dimitri from Paris qui sera une décennie plus tard l’un des représentant d'une certaine house à la française.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Dim Jan 02, 2011 21:11 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Juin 1988. En découvrant pour la première fois "Theme from S-Express" à la radio, j’avoue que j’étais plus que sceptique. Ces sonorités me projetaient plus vers le disco que vers une musique du futur, ce qui n’allait pas avec ma démarche habituelle. Puis en réalisant qu’il s’agissait d’un morceau qui allait dans la continuité de Pump up the Volume, j’ai commencé à m’y intéresser de plus près. Le choc s’est surtout produit courant octobre en tombant sur "Jack to the sound of the underground" de Hit house, ça partait dans tous les sens mais j’étais loin de m’imaginer à quel point cela allait changer mon rapport à la musique. Suivront ensuite, "The only way is up" de Yazz ("Doctrin’ the house" produit par Coldcut étant passé inaperçu), "Big fun" d’Inner city, "Joint mix" de Flim flam, "Can you feet it" de Royal house, "The party" de Kraze ...

La proximité avec la belgique me fait découvrir des curiosité comme The maxx avec "Cocaïne" paru en même temps que "the Sound of C", le seul titre intéressant de Confetti’s. Inutile de chercher qui a copié l’autre, ça vient du même producteur qui aura même l’idée de dépoussiérer un vieux morceau de Rocco Granata. Les radios locales s’affolent au son de la New-beat pendant qu’Art of Noise reprend "Kiss" de Prince tandis que 101 se charge du "Rock to the beat" de Reese, projet de Kevin Saunderson (l’un des fondateurs de la techno de détroit, également à l’origine d’Inner city cité plus haut). Parfois, certains titre prêtent à sourire. Pendant que Scandale s’occupe des discours politiques, BSR de l’affaire "VDB" (un ministre belge de l’époque qui a été kidnappé), Jean-Paul Gaultier fait de la "House-couture", cherchez l’erreur. Mais lorsqu’on regarde le TOP 50 du 1er avril 1989, c’est à se demander si ces petites farces sont nettement plus sympathiques. Alors pour doper les ventes d’un "Acid Rock" ou d’un "Just a Techno groove", rien de tel qu’un groupe de danseurs dans une boite belge comme le mythique Cherry moon de Lokeren.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Lun Jan 03, 2011 22:54 
Très intéressant tout ça...J'aime bien la manière dont tu présentes le tout, c'est bien pensé! :)


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Lun Jan 03, 2011 23:25 
Rainbow-warrior
Rainbow-warrior
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Juin 30, 2005 15:51
Age:
Genre:
Oui tout pareil pour moi : c'est très intéressant, j'ai appris pas mal de choses (surtout que je connais peu ce style de musique). Il me reste qu'à écouter tout ça en profondeur (j'ai pas le temps en ce moment et ça me frustre!).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Mar Jan 04, 2011 1:02 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Content que cela te plaise. :D
Pour ce qui est du titre, c'est en rapport aux cassettes que je faisais à l'époque, il y avait du très bon comme du moins bon. Il faut savoir que pour les puristes de l'époque, "Can you feet it" de Royal house a une très bonne côte comparé au "Only way is up" de Yazz (c'est de la pop dance même si c'est mieux qu'un Kylie de l'époque). Si Todd Terry est à l'origine de ce titre, il a évidemment pompé l'emblématique featuring du "Can you feel it" de Larry heard qui est à l'origine d'un des slogans issus de l'Acid House : "Let there be house". :wink:
Edit : Pour Royal house, c'est bien "Can you party" :roll:

Etapiscium a écrit:
(cette ressemblance pourrait être expliquée par quoi ? La volonté d'être accessible et de se faire connaitre, étant donné le rôle important des médias ? Les limites dans les connaissances et l'usage des synthés de l'époque ?)


C'est plus complexe que cela, faut dire que les charts Français ont toujours eu un temps de retard sur les autres par leur frilosité, sans compter que les titres ayant connu le plus de succès sont issus des majors très réactives. Pour ce qui est des médias, on ne peut que remercier l'audace des radios et des discothèques.

Ps : Ton livre de chevet, ce ne serait pas "Chroniques du Dance-floor" de Lestrade ?

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Mer Jan 05, 2011 0:05 
Rainbow-warrior
Rainbow-warrior
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Juin 30, 2005 15:51
Age:
Genre:
Etapiscium a écrit:
Citer:
C'est plus complexe que cela, faut dire que les charts Français ont toujours eu un temps de retard sur les autres par leur frilosité, sans compter que les titres ayant connu le plus de succès sont issus des majors très réactives. Pour ce qui est des médias, on ne peut que remercier l'audace des radios et des discothèques.

Ps : Ton livre de chevet, ce ne serait pas "Chroniques du Dance-floor" de Lestrade ?


Oui c'est bien ce livre ! Et j'aime bien son style d'écriture "percutant", très descriptif aussi. Il raconte d'ailleurs le protectionnisme et la résistance qui ont face à la diffusion et la compréhension de ces musiques.

Tout ça me donne envie de revenir sur plein d'autres musiques de l'époque, ou même de la disco :nerd:.

Au fait, pourquoi choisir une période qui va de 87 à 94 ?


Oui, il y a des merveilles en disco, j'ai d'ailleurs l'impression que c'est un peu la matrice de toutes ces musiques.
Un disque que j'adore tout particulièrement, c'est "24 -> 24 Music" de Dinosaur L (en fait Arthur Russell), une sorte de disco expérimentale qui ne perd nullement sa fonction première : ça donne immédiatement envie de bouger ses guiboles :

Go Bang!

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Mer Jan 05, 2011 1:01 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Etapiscium a écrit:
Au fait, pourquoi choisir une période qui va de 87 à 94 ?


Parce qu'après, les exemples de confusion sont moins évidents, la dance commerciale étant nettement moins intéressante. C'est aussi une période ou la house et la techno originelle à part de rares exceptions n'ont pas la même couverture que les récupérations commerciales et où les morceaux sont presque similaires.

Je remets une pièce dans la machine à remonter le temps...

Incontestablement, 1989 est l’année du retour de la dance-music... du moins sur les ondes françaises car en terme de ventes rien n'a changé (ou presque), alors que le monde entier s’affole. Elle relègue au second plan les morceaux de pop music qui ont fait le bonheur des années 80‘s, de même qu’elle la réinvente. Si l’année débute sur "Superfly guy", le second single de S-Express, hallucinant réservoir à samples, elle se clôt sur des formats plus proches du traditionnel "couplet refrain", via les premiers titres étiquetés Hip-house mais aussi sur des titres plus gospel, plus lents comme le "Keep on movin’" de Soul II Soul.

Il existe cependant quelques titres précurseur comme le "We call it Aciiiiieeed" de D-Mob (cristallisant à jamais le smiley des années peace & love) et "Get Busy" de Mr Lee,. Il s’agit principalement de titres house contenant quelques couplets de rap. Surfant sur la vague, les Beatmasters enchainent les morceaux mais c’est surtout "Hey DJ / I can't dance (to that music you're playing)" qui marque les esprits par l’ajout d’un refrain chanté.
Au même moment, Manuella Kamosi écrit "Pump up the jam" sur une musique de Technotronic. Agée de 17 ans, elle prend peur face à la promo européenne qui l’attend et se fait remplacer par Felly pour le clip. L’affaire se corse lorsque le titre se classe dans les 5 premiers du Billboard Américain. Avec son accent français, le mannequin ne fait pas le poids lors des interviews, c’est ainsi que Manuella (Ya Kid K) revient sur le devant de la scène avec "Get up (before the night is over)".

A l’instar des titres pop des années précédentes, la House music n’a que faire des chanteurs ou des rappeurs, surtout quand il s’agit de producteurs peu scrupuleux. On pourrait même dire qu’elle peut se passer d’eux. Quelques exemples bien pourris ? Vous prenez quelques samples vocaux d’un "Love Sensation" de Loleatta Holloway et vous obtiendrez "Ride on time" de Black Box.. Et quand les interprètes originaux veulent que leur titre se vendent, il n’hésitent pas à se faire remplacer par deux blacks biens foutus aux dreadlocks à ramasser la poussière pour leur "Girl you know it’s true". Notez au passage que le rythme est directement pompé sur le Pain in full d’Eric B et Rakim.
Même si tout ceci s’écarte bien de l’esprit originel qui a émergé quelques mois plus tôt, contrairement au disco, les stars n’existent pas, seule la musique reste gravée dans les mémoires.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Dim Fév 20, 2011 16:15 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
La mutation de la dance music enterre le classique «Pot pourri». Pendant deux ans, des «Megamix» font fleurir un peu partout. Alors que les groupes étiquetés «House music» samplaient bruitages et musique, ce sont les catalogues des groupes des années 60/70 qui font la joie des maisons de disques.
Prenez trois ou quatre titres au pif, mixez les en suivant scrupuleusement le schéma type - le premier et le second pour les premiers «couplet/refrain», le troisième pour l’interlude musical et le quatrième pour la reprise d’une partie du couplet et le refrain final et l’affaire est emballée. Les avatars de dance-music grand public utiliseront le même filon pour clore un premier album quand il ne s'agissait pas du dernier. Ce cas de figure fera même l’objet d’un sketch qui sera propulsé n°1 du Top 50. "Chiche on en fait un" comme gaffe on ne pouvait pas faire mieux. De plus, l’original n’est rien d’autre qu’ un titre house de Chicago qui s’était classé 5e quelques mois auparavant se détachant des covers les plus ciblées.
Dans le même esprit, quelques singles bien inspirés détournent les match de foot (Il suffit d’un ou deux excités des Footbrothers), les films cultes (C’est cela oui de Splendid Music) ou les émissions de télé (On se calme des Bassline boys). Parfois on retrouve des titres plus inspirés voir carrément déjantés comme ce sympathique Bring me Edelweiss (Edelweiss).

Résultat, le raz de marée des récupérations aura raison, en terme de ventes, du bouleversement musical de l’époque. Parmi les perles de l’époque, on retrouve plusieurs tendances mêlant les one-shot aux carrières confirmées ou en devenir :
- Les Divas, de Ten city (That’s the way love is), à Raze (Break for love), d’Adeva (Respect) à Adamsky (dont le Killer lança la carrière de Seal) en passant par Deee-lite (Groove is in the heart), certaines performances vocales marqueront les esprits.
- L’acid-house qui ne cesse d’évoluer devient de plus en plus électronique avec Josh Guru (Infinity ), KLF (What time is love? ), 808 state (Pacific state ) ou X-pansion (Move your body/Elevation).
- La naissance de l’Eurodance qui met au placard la pop dance guimauve avec Snap (The power ), Rozlyne Clarke (Eddy steady go ), Mc sar (It’s on you ), Secchi (I say yeah ), Betty Boo (Doin’ the do ), 2 brothers on the 4th floor (Can’t help my self ) ou Cartouche (Feel the groove).
- L’explosion du remix, qui en plus de multiplier les versions des tendances précédentes, laissera une place de choix aux stars de la pop : Petula Clark avec Peter Slaghuis (Down town), Madonna avec Shep pettibone (Express yourself et Vogue ), New kids on the block avec C+C music factory (Step by step ), Pet shop boys avec David Morales (So hard ) ou Depeche mode avec François Kevorkian (Personnal Jesus). Certains remixes non officiels comme ce Tom's diner feront grincer des dents les artistes qui se raviseront une fois les droits reversés ...

Petite anecdote amusante : Dans l’ombre de ces morceaux divers, certains feront leur dents avant d’exploser deux décennies plus tard. Si vous prenez le titre le plus téléchargé en 2009 (Meet the halfway des black eyes peas), l’un des producteurs (inutile de préciser qui c'est...) a fait ses classes chez Sydney (Nation rap) tandis que l’autre, alors issu d’une radio locale, produisait sa compagne de l'époque. Y a pas de fumée sans feu.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Dernière édition par Viridis le Dim Fév 20, 2011 17:04, édité 3 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Dim Fév 20, 2011 16:29 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Déc 02, 2007 12:05
Localisation: Paris
Genre:
OFF-Topic :
J'adore parcourir ces topics où tous les noms me sont parfaitement étrangers, j'ai l'impression de voir un film coréen avec des sous-titres en farsi :blink:

_________________
« Les jeunes ont été nombreux à m’écrire ces jours-ci, pour me traiter de vieux con. Si tant est qu’on puisse appeler "écrire" n’importe quelle tentative de représentation d’une ébauche de pensée par le biais de symboles graphiques incohérents couchés dans le désordre au mépris total de la grammaire, de la syntaxe, de l’orthographe et du souvenir de mon aïeule Germaine Philippin, institutrice de l’époque missionnaire, qu’une cédille oubliée décourageait aux larmes. » P. Desproges


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Mar Juil 19, 2011 15:51 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Juin 06, 2006 17:23
Je fais remnter un peu le topic, mais j'ai besoin de tes lumières Ray-D. Ton topic m'a fait replonger depuis deux jours dans cette période, mais mes recherches me font butter sur une question : existe-t-il une différence entre l'eurohouse et l'eurodance ? Parce que moi je ne la voie pas.
Par exemple, un morceau comme "Rythme is a dancer" de Snap! : il est classé comme appartenant à l'eurohouse chez discogs, mais comme appartenant à l'eurodance ailleurs (notamment wikipedia, même si cela n'est pas une référence on sait). Le même problème se pose pour Culture Beat, 2 Unlimited , etc... Je ne comprends pas , pourrais-tu m'éclairer de ta lanterne ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Mer Juil 20, 2011 1:35 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
Hahahaha la fameuse valse des étiquettes

Je n'ai pas encore abordé les années 91/92 mais je vais tenter d'apporter une réponse.

J'ai moi-même eu du mal à les classer... partant du principe que les sonorités des premiers 2 unlimited étaient assez proches des titres techno belge de l'époque. Je n'ai pas choisi "la confusion des genres" par hasard c'est cette difficulté de classer un titre dans un style particulier qu'il soit ouvertement commercial ou pas. J'estime qu'au sein d'un groupe tel que celui-ci le style musical à changé au fil des années

Remontons en été 1992
Magic friend est présenté comme un titre "eurodance", c'est à dire qu'il intègre les sonorités de la "belgium techno" de l'époque (en un peu plus soft) pour y ajouter la combinaison Rap/Chant afin de rendre le morceau plus attractif. D'ailleurs sur le maxi de l'époque ne présente que des versions dites "instrumentales", à l'instar de ce "Automatic remix" ayant figuré dans un set de la Space party vers la fin de l'été (un mix d'une heure contenant que des morceaux électroniques, dits techno à une époque où NRJ était encore potable :ninja: )

... puis fin 1995
Le groupe sort Do what's good for me, qui n'a rien à voir avec le son du début, le groupe ayant duré 5 ans a du s'adapter à l'évolution de la dance music au sens large du terme, l'eurodance ayant progressivement évolué vers la house, le son est moins "agressif". En revanche l'aural pleasure remix est un instrumental purement mental à mi chemin entre la techno et la house.

Si on prend Snap et Culture beat, ils ont également évolués des sonorités house vers des sonorités techno avant de revenir vers des sonorités plus house. Alors pour le chef de produit qui ne connait que dalle, eurodance, eurohouse... même combat (sic...). Je suis nettement plus d'accord avec la définition de Wiki

1990 :
Snap : The power
Culture beat : I like you

1992 :
Snap : Rhythm is a dancer
1993 :
Culture beat : Mister vain

1995 :
Snap : The first, the last Eternity
Culture beat : Take me away

Bref durant la première partie des années 90, la confusion deviendra de moins en moins présente, si bien que pendant la seconde moitié on aura des artistes tels que Prodigy rivalisant avec les Spice girls, un grand écart qui fait très mal aux oreilles obligeant l'auditeur à choisir son camp :mrgreen:

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Dernière édition par Viridis le Jeu Juil 21, 2011 10:38, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Jeu Juil 21, 2011 10:26 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
1991 : Les samples aléatoires ayant été progressivement dégagés au profit des performances vocales (Gypsy woman de Cristal waters), des remixes bien inspirés (Let the beat hit ‘em de Lisa Lisa & the Cult Jam) quand il ne s’agissait pas de concept album basés sur les chants grégoriens (Sadness d’Enigma), les styles issus de la «house», clonés à la chaîne, stagnent ...
Le renouveau ne se basera non pas sur la capacité à échantillonner mais sur les sonorités en elles-mêmes en creusant sur les expérimentations issues de l’EBM, de la New-beat et de l’Acid. S’inspirant des fondateurs de Detroit, les Allemands, les Belges et les Anglais vont créer leur propre techno.
Rapidement les premiers KLF , LFO , Prodigy et Shamen vont se classer dans les charts (européens mais pas ne France) et constitueront la petite partie émergée d’un iceberg dont le grand public ignore encore la profondeur. Deux ans auparavant, Dechavanne avait profité de l’explosion des boites du Nord Pas de Calais pour en faire un vrai/faux débat : Acid house = Musique de drogués ?

Inutile de préciser qu’au début des années 90, ces sonorités plus dures y sont systématiquement associés pour le plus grand malheur de puristes en quête de créativité musicale. Les maisons de disques sont conscientes que leur produits doivent suivre le mouvement mais sans mettre le grand public à dos. Leur exercice consistera à rassurer le public en montant leur propre groupe ou à revoir les sonorités des formations existantes : La mutation de l’Eurodance est en marche. Ainsi un remix de Get ready for this (2 unlimited) a pu sans problème s’incruster entre un Innerlight (Phantasia), un Cubes (Modular Expasion) ou un Insomniak (DJPC) , pendant que les premiers morceaux techno dit commerciaux font leur apparition, de Pleasure game à LA style en passant par U96.

Les plus frileux recycleront leur house commerciale en enchainant les reprises, assurant la relève de nostalgie des Megamix disco sur le déclin. Courant 1992, surfant sur le succès d’East side beat (Ride like the wind de Christopher Cross), les exemples se multiplient : Please don’t Go (KC & the sunshine band ) par Double You, Because the night (Patti smith ) par Co.ro (qui profite également de sampler Master & servant de Depeche mode), Bette Devis eyes (Kim Carnes ) par Sonia Davis,
1992 marque un tournant. Maxximum, l’une des seules radios ayant pour volonté de mettre en avant ces cohabitations, ferme : Alors que les animateurs et les auditeurs sont en deuil, certaines radios commerciales qui avaient crée leur propre émission, voudront relayer cette esprit de liberté pour quelques mois ou quelques maigres années.

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Sam Août 06, 2011 16:29 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Juin 06, 2006 17:23
Ray-D a écrit:

1990 :
Snap : The power
Culture beat : I like you

1992 :
Snap : Rhythm is a dancer
1993 :
Culture beat : Mister vain

1995 :
Snap : The first, the last Eternity
Culture beat : Take me away


moui, j'avais bien remarqué que le style changeait avec le temps - à mon avis c'est aussi pour çà que les groupes ont périclités.
Donc, au début, on pourrait parler d'eurohouse (1990-1991), puis d'eurodance (1992-1994), puis ... comment qualifier ces tubes de 1995-1996 ? Eurohouse me semble inadapté, mais eurodance aussi. Le terme "dance" tout seul est-il adapté ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Acid-house + Techno vs Eurodance ou la confusion des gen
MessagePublié: Dim Août 07, 2011 11:24 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:30
Localisation: Chromesthesia
Age: 47
1990-1991, les grand succès dance de l'époque étaient issus de la hip-house commerciale : De la house avec les rythmes issus du breakbeat avec des couplets rap
1995-1996, la tendance étant de la disparition progressive du rap au profit du chant, on peut parler d'une domination d'Euro-house. Les groupes issus de la hip-house grand public en Europe vivent leur dernières heures,
Je dirais même que 1996 est l'année des rebondissements multiples signant la fin d'une époque : Quand certains changent de marionnettes, d'autres se séparent pour des "incohérences artistiques" ou partent simplement aux oubliettes

_________________
Yak yak yak yak yak ...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2020 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .