Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Pour eux.
Norma
Messages : 9605
Inscription : dim. janv. 10, 2010 10:20 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Norma »

Addiction, prise de risque, impulsivité, confusions, relations toxiques ...

ce que tu nous racontes là, ça ressemble plus à joli tableau clinique de trouble borderline qu'à un changement brutal d'orientation sexuel.

je pense que ton rapport au cul n'est que l'arbre qui cache la foret, et j'appuie ce que dit Laird sur l'importance d'avoir un suivi régulier avec un psychiatre, pour comprendre ce qui se passe et stabiliser un peu tout ça.
Malte25
Messages : 8
Inscription : mar. avr. 20, 2021 10:14 am

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Malte25 »

C'est vrai que je " coche " pas mal de critères du DSM 5 sur le trouble de la personnalité limite/borderline. Ma thérapeute m'a proposé de voir un psychiatre, je pense que je vais accepter.
juggwa
Messages : 153
Inscription : lun. déc. 11, 2017 5:23 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par juggwa »

Bonjour,
Tu as en tout cas une certaine lucidité, et je pense l'envie de savoir ce qui ne va pas, et de trouver une solution à tes problèmes.
A lire ton témoignage, j'ai l'impression que tu essaies de remplir un vide, qu'il soit de l'ennui, un vide existentiel... Rechercher des sensations fortes, voire se mettre en danger, c'est une façon de se sentir vivre...
C'est comme si tu ne t'étais pas trouvé, d'ailleurs, tes fantasmes d'être une femme sont assez révélateurs, peut-être d'une part féminine bridée dans ta vie "réelle", et qui ressort de cette manière. As-tu des cotés féminins que tu vis dans ta vie, de manière naturelle et assumée, par exemple ?
Sinon, je ne sais pas si avoir des fantasmes assez poussés et précis, et se masturber tous les jours est si anormal que ça. C'est assez commun, et une source de plaisir de vivre... C'est aussi une manière de se rééquilibrer, quelque part. Le sevrage de sexe est un peu la technique de la terre brûlée ; et même si on sublime en mettant son énergie dans d'autres choses, mettre tout son jardin intime dans un placard peut aussi causer de la souffrance.
Tu habites chez tes parents aussi, as-tu pensé à voler de tes propres ailes ? Ca explique aussi que tu aies du mal à te trouver et que tu aies autant de doutes.
Je me suis pas mal retrouvé dans ton témoignage, mais dans mon cas, je le vis bien, et au fur et à mesure des années, les questions ont trouvé des réponses... Et le fait que tu soies lucide et que tu cherches une lumière peut te mettre sur la bonne voie. Quant à savoir si tu est gay ou pas, tu as au moins des fantasmes et des attirances, mais si tu n'a jamais été amoureux d'un homme, c'est un signe important.
Malte25
Messages : 8
Inscription : mar. avr. 20, 2021 10:14 am

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Malte25 »

Salut, tu as raison sur le fait que je me sente vide. Je me suis toujours ennuyé depuis l'enfance mais là c'est devenu plus existentiel, avec le fait de me sentir " perdu " sur ma vie...

Pour le côté féminin, je vois pas trop ce qui peut ressortir dans la vie de tous les jours. Peut-être que j'ai parfois des manières un peu féminines mais c'est très discret...

Le problème de mes fantasmes est qu'ils ne sont pas " acceptable ", crois-moi quand je dis qu'ils ne sont pas normaux c'est qu'ils ne le sont pas. Sinon pour l'abstinence tu as peut-être raison, c'est la 1ère fois que je tente de résister à un fantasme et c'est peut-être pour ça que je vis tant de tourments. Habituellement je les " satisfaits " au moins en solitaire, et ils s'en vont quand je m'en lasse. Enfin, dans l'hypothèse où mon " homosexualité " ne serait qu'un fantasme.

Je compte déménager l'année prochaine quand j'aurais mon nouveau poste. Là je me sentirai plus libre en effet.

Pour ta dernière phrase, le souci est que - et c'est l'une des raisons pour lesquels je devrais m'éloigner des forums - je n'ai pas trouvé de témoignage qui n'allait pas dans le sens d'une évolution vers l'homosexualité totale et a priori ( les personnes n'étant pas encore décédées de vieillesse ) définitive.
Ca commence par une attirance sexuelle ( la prochaine étape pour moi je pense) puis un premier rapport puis on y prend goût puis on comprend que les femmes c'est fini et on envisage des relations durables avec des hommes.
Je n'ai jamais été amoureux jusque là ( hormis ce curieux épisode douteux avec un ami, mais je ne pense pas que ça en était ), mais de ce que j'ai pu lire sur d'autres forums, ça va arriver et je peux rien y faire.
Laird
Messages : 1102
Inscription : jeu. janv. 14, 2016 5:43 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Laird »

Malte25 a écrit : mais de ce que j'ai pu lire sur d'autres forums, ça va arriver et je peux rien y faire.
On peut lire tout et n'importe quoi sur les forums. Ne te mets pas ça en tête. Avances à ton rythme. Rien à cette heure peut dire que tu es ou seras gay, hétéroflexible, bi ou pan un jour. Tu resteras peut-être hétéro ou rentrer dans la communauté LGBTQI+. Le principal, c'est que tu sois heureux avec toi-même et la personne qui tu aimeras, quelque soit son genre ou/et son sexe.
juggwa
Messages : 153
Inscription : lun. déc. 11, 2017 5:23 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par juggwa »

Bonsoir Malte25,

En ce qui concerne les fantasmes, inavouables, ça dépend si tu veux les partager avec quelqu'un ou en parler. C'est dans le cas du passage à l'acte ou ça change, soit c'est illégal et c'est effectivement pas souhaitable, soit ce n'est pas interdit et entre personnes consentantes qui ont le même terrain de jeu, tout est possible.

J'ai plus l'impression que tu ressens une attirance/répulsion pour les femmes, et que tu te sens vulnérable, quelque part. Et du coup, fuyant les femmes, la solution "logique" serait d'aller vers les hommes. Cependant, on peut difficilement faire semblant avec ce genre de choses, donc c'est en essayant pas à pas que tu verras si c'est juste du fantasme, ou s'il y a de réelles attirances derrière.

J'ai aussi l'impression que tu ne te connais pas, et que cet inconnu te fera peur tant que tu ne l'auras pas exploré. L'ennui est un signe qu'on attend que les choses viennent de l'extérieur, et qu'on est un peu passif. C'est le truc qu'on a au début de l'adolescence, quand on est plus intéressé par les jouets, et qu'on se retrouve comme deux ronds de flan à ne plus savoir quoi faire. On a forcément des intérêts, des envies, mais certaines peurs (la peur de mal faire, d'être déçu,...) peuvent inhiber la curiosité.

Il n'y a pas de chemin tout tracé pour aimer les hommes, ni pour être gay, ni pour être bi. Et ce chemin n'est pas marqué dans les forums, mais s'il existe, c'est en toi que tu le trouveras, si tu apprends à te connaître et à t'apprécier. J'ai appris à apprécier ce chemin en écoutant mes envies sans me forcer, et il y a une infinité de chemins.
Malte25
Messages : 8
Inscription : mar. avr. 20, 2021 10:14 am

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Malte25 »

Laird a écrit :
Malte25 a écrit : mais de ce que j'ai pu lire sur d'autres forums, ça va arriver et je peux rien y faire.
On peut lire tout et n'importe quoi sur les forums. Ne te mets pas ça en tête. Avances à ton rythme. Rien à cette heure peut dire que tu es ou seras gay, hétéroflexible, bi ou pan un jour. Tu resteras peut-être hétéro ou rentrer dans la communauté LGBTQI+. Le principal, c'est que tu sois heureux avec toi-même et la personne qui tu aimeras, quelque soit son genre ou/et son sexe.
Je sais, mais c'est le fait de pas avoir le contrôle de ce qui est en train de se passer qui me rend fou. J'ai jamais été patient et je m'angoisse très vite.
juggwa a écrit :Bonsoir Malte25,

En ce qui concerne les fantasmes, inavouables, ça dépend si tu veux les partager avec quelqu'un ou en parler. C'est dans le cas du passage à l'acte ou ça change, soit c'est illégal et c'est effectivement pas souhaitable, soit ce n'est pas interdit et entre personnes consentantes qui ont le même terrain de jeu, tout est possible.

J'ai plus l'impression que tu ressens une attirance/répulsion pour les femmes, et que tu te sens vulnérable, quelque part. Et du coup, fuyant les femmes, la solution "logique" serait d'aller vers les hommes. Cependant, on peut difficilement faire semblant avec ce genre de choses, donc c'est en essayant pas à pas que tu verras si c'est juste du fantasme, ou s'il y a de réelles attirances derrière.

J'ai aussi l'impression que tu ne te connais pas, et que cet inconnu te fera peur tant que tu ne l'auras pas exploré. L'ennui est un signe qu'on attend que les choses viennent de l'extérieur, et qu'on est un peu passif. C'est le truc qu'on a au début de l'adolescence, quand on est plus intéressé par les jouets, et qu'on se retrouve comme deux ronds de flan à ne plus savoir quoi faire. On a forcément des intérêts, des envies, mais certaines peurs (la peur de mal faire, d'être déçu,...) peuvent inhiber la curiosité.

Il n'y a pas de chemin tout tracé pour aimer les hommes, ni pour être gay, ni pour être bi. Et ce chemin n'est pas marqué dans les forums, mais s'il existe, c'est en toi que tu le trouveras, si tu apprends à te connaître et à t'apprécier. J'ai appris à apprécier ce chemin en écoutant mes envies sans me forcer, et il y a une infinité de chemins.
Les fantasmes je préfère les garder pour moi, en soi ils ne me dérangeaient pas de trop. Je les évoque ici parce que je pense qu'ils sont peut-être le reflet d'un " trouble profond " qui pourrait expliquer ce qu'il m'arrive actuellement.

J'ai été très attiré par les femmes depuis l'âge de 7 ans ( mes premiers fantasmes), mais j'ai énormément de mal à les séduire. Je n'ai eu que 2 relations qui ont été courtes et énormément angoissantes parce que je craignais trop de perdre ce que j'avais galéré à obtenir.
Avec le temps, même si j'ai fini par critiqué ce genre d'attitude chez moi, j'en ai beaucoup voulu aux femmes et j'ai fini par développer une très grande frustration avec une très grande rancoeur à leur égard.
J'avais beau me dire que ce n'était pas elles les responsables, je pouvais pas m'empêcher de me montrer " méchant ", dur dans mes propos parfois avec elles.

J'ai des envies, mais rien de concret ou de sérieux, rien qui ait donné naissance à un objectif auquel je m'accroche. Ma vie se résume à courir après les plaisirs immédiats, le court terme et à rêver pour ne pas trop penser au long terme avec tout ce qu'il implique de pénible entre temps. Je suis peut-être aussi trop exigeant pour arriver à faire des choix qui me donnerait des buts dans la vie aussi, peut-être...


Ce que je veux, c'est un moyen de baisser la part de " sexualité " qu'il y a dans ma vie. Je veux pouvoir mettre de côté cette part de moi-même et réussir à me lancer dans de vrais projets, avoir une ou des passions, des amis, etc.
MonFrèreOurs
Messages : 50
Inscription : sam. mars 14, 2015 6:02 am
Localisation : 68 Haut-Rhin
Genre : icone de genre garcon

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par MonFrèreOurs »

Relevés parmi les questions et réponses:
Je compte déménager l'année prochaine quand j'aurais mon nouveau poste. Là je me sentirai plus libre en effet.
C’est l'une des raisons pour lesquels je devrais m'éloigner des forums- je n'ai pas trouvé de témoignage qui n'allait pas dans le sens d'une évolution
Je sais, mais c'est le fait de ne pas avoir le contrôle de ce qui est en train de se passer qui me rend fou. Je n'ai jamais été patient et je m'angoisse très vite.
Je me suis toujours ennuyé depuis l'enfance mais là c'est devenu plus existentiel, avec le fait de me sentir " perdu " sur ma vie...
J'ai plus l'impression que tu ressens une attirance/répulsion pour les femmes, et que tu te sens vulnérable, quelque part
J'ai aussi l'impression que tu ne te connais pas, et que cet inconnu te fera peur tant que tu ne l'auras pas exploré
Je sais, mais c'est le fait de ne pas avoir le contrôle de ce qui est en train de se passer qui me rend fou. Je n'ai jamais été patient et je m'angoisse très vite.
Je n'ai eu que 2 relations qui ont été courtes et énormément angoissantes parce que je craignais trop de perdre ce que j'avais galéré à obtenir.
Ce que je veux, c'est un moyen de baisser la part de " sexualité " qu'il y a dans ma vie. Je veux pouvoir mettre de côté cette part de moi-même et réussir à me lancer dans de vrais projets, avoir une ou des passions, des amis, etc.

Je trouve, j’ai l’impression que la discussion est trop imprégnée, orienté sur la sexualité au sens large. Un soupçon pour dire que le problème « est ailleurs », mais sans le cerner.

Mon absence prolongée sur le site, parce que j’ai « cherché ailleurs » me fait entrevoir une autre piste sur un autre terrain. C’est certain que mon analyse réponde à mon parcours personnel.

Mon idée me parait importante face à ton questionnement, désarroi, pour justifier d’ajouter cette réponse après 3 mois d’absence de visite comptabilisée. (? En invité juste pour voir ?) C’est aussi pour celles / ceux qui parcourent le sujet et/ou y ont contribué. Et c’est dans l’esprit de mon nouveau sujet que j’ai posté ces jours-ci.

Je reste évasif sur ma supposition, car je ne veux pas « te trouver une nouvelle maladie », comme quand on regarde des émissions scientifiques / médicales à la télé…. C’est les relevés, avec mon regard, qui me font voir des symptômes. Les mêmes symptômes ont des origines diverses… Ton comportement « d’errance » m’interpelle beaucoup. Tu me parais à la recherche d’un personnage, d’une personne…sans savoir le / la quel(le)…..

Suggestions :
Collecter des témoignages auprès de tes parents, avant de partir sur des suppositions. (Puisque) Tu vis chez tes parents, test le champ de la cellule familiale sur le plan de ta relation avec frère(s) / sœur(s). Si ta mère est en mesure de parler sereinement de sa/ses grossesse(s). Tant lui une perche, pas de pression. (Il y a la situation de ton déménagement qui peut engendrer des sous-entendus à ces questions). Sois juste curieux, devenir adulte à s’intéresser de ses origines. Normalement, à 25 ans passé, « on sait » si / qu’il s’est passé un « truc »…. (Conscient oui ! Subconscient ?)
Tiens, demande à voir le livret de famille, ça fait sérieux convivial, discret. Et une ouverture à la discussion, au sujet….

Recommandations :
- ne pas te fermer hermétiquement à « tous » les forums.
- ok pour stop vidéo, rien à ajouter. Si félicitations ! (Suis passé là aussi !)
-attention au(x) psychiatre(s), des « commerçants » à te rendre addicte à des « bonbons » (expérience perso) (Je vois cela comme la cigarette…-On dit assez que ce n’est pas bon, mais on veut vendre encore)

Voilà, je souhaite que tu saches faire bon usage de cette réflexion. Bonne route, sinueuse comme à tout le monde.
Norma
Messages : 9605
Inscription : dim. janv. 10, 2010 10:20 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par Norma »

Parenthèse pour rebondire sur la remarque de MonFrèreOurs sur la psychiatrie :
Quand t'es médiqué pour un trouble diagnostiquer, arrêter le traitement de son propre chef a bon sembler sur le moment une excellente idée, c'est généralement une grosse idée de merde.

Mais comme après avoir arrêté le traitement, tes troubles s'en donnent à coeur joie, tu ne peux plus te rendre compte que t'es zinzin.

A toute personne "hésitante" sur ses traitement, si vous avez l'impression que ça va pas/suffit pas/convient pas, parler au psychiatre, à la rigueur changer de psychiatre, mais pas arrêter les traitement et se tourner vers des thérapistes fantaisiste qui vous brosse dans le sens du poil, please.


Pour moi, ce qui ressors de ton témoignage est qu'il y a un soucis important et absolument pas lié à la sexualité.
Des gens avec une grosse libido y'en a un paquet, et ils ont aussi des passions, des amis.
Des gens qui réussissent pas à ken et qui a côté de ça ont une vie épanouissante, y en a aussi un bon paquet.
Là, j'ai l'impression que tu mets tous les dysfonctionnements de ta vie sur le dos de ton atttait contrarié pour le sexe, alors que l'absence d'interet, de projet, de relations amicales c'est quand même un gros warning sur le fait qu'y a un truc.
juggwa
Messages : 153
Inscription : lun. déc. 11, 2017 5:23 pm

Re: Peut-on devenir ( et non se découvrir ) gay ?

Message par juggwa »

Je plussoie Norma pour déconseiller fortement un arrêt de traitement donné par un psychiatre. J'ai vu les résultats, et ça peut faire plonger de manière profonde et incontrôlée ; voir ton psychiatre et lui parler du traitement est la meilleure chose à faire.

J'ai l'impression qu'une chose t'angoisse, c'est le vide, ou l'ennui ; le vide, c'est une manière de cacher ou d'annuler quelque chose, une peur qui nous bouffe au fond, et qu'on ne veut pas résoudre. Comme un bug pour éviter de réfléchir. C'est une piste (peut-être fausse, bien sûr) à creuser avec ton psy, de savoir ce que cache ce vide ou cet ennui. S'il y a vraiment une cause derrière ça, elle peut être soignée, acceptée, ou comprise, et ne plus te faire peur ni souffrir après.

Tu parles beaucoup de l'importance trop grande du sexe dans ta vie, au détriment du reste. Plutôt que d'essayer de brider la sexualité (ce qui ne marche jamais) et d'enlever ce merveilleux moyen d'expression et d'épanouissement, pourquoi ne pas essayer de le faire de manière moins compulsive, et de te réserver des moments privilégiés pour le faire mieux, en pleine conscience ?

A coté, tu peux te lancer dans des domaines auxquels tu t'intéresses par ailleurs, ou que tu n'as pas osé encore essayé ? Ca prendra naturellement du temps, et remplira ton emploi du temps tout en te valorisant. J'ai pas mal de passions, que je fais passer avant le sexe, et du coup, après le travail, la vie de tous les jours, les passions (qui sont chronophages), je fais moins de sexe que je le voudrais au final... et j'en profite vraiment quand je m'y mets !
Répondre