Les livres homos qui vous ont marqués

Les bouquins et les maisons d'édition.
Répondre
Spoutnik
Messages : 416
Inscription : mar. août 09, 2005 9:06 pm

Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Spoutnik »

Bonsoir,

Un message de Cici dans le fil de discussion "Que lisez-vous" me donne l'idée d'un nouveau fil (en priant qu'il n'existe pas déjà).

Quel est / sont le ou les livres "homo" qui vous ont marqués, j'ai envie d'ajouter "en tant qu'homo" ou "dans votre homosexualité" ?
Par "livre homo", il faut entendre tout livre traitant peu ou prou d'homosexulité. Et si vous argumentez, c'est encore mieux.

J'ouvre le bal. Un des premiers que j'ai lus : "Elles sont pas croyables" d'Emma Christa (Baleine 1996). Ce roman pétillant m'a fait découvrir une chose incroyable : les lesbiennes avaient une vie sexuelle. Quel bonheur ! :wink:

Il y en a d'autres, mais c'est vraiment le premier qui me vienne à l'esprit.

Bonne fin de soirée
Cy
captain
Messages : 4537
Inscription : jeu. juin 30, 2005 11:29 am

Message par captain »

"la recherche du temps perdu" de Proust.

comment ça, c'est pas un livre homo ?
c'est bourré de tapettes !



sinon, EXCEPTIONNELLEMENT j'ai un avis qui se rapproche un peu de raph, dans la mesure où je lis des livres, après je ne trie pas s'ils sont homos ou hétéros...
d'ailleurs, ça veut dire quoi, un livre Homo ?
Il faut que l'auteur soit gay ?
ou alors il faut que les personnages le soient ?

je suis désolé spoutnik, on a l'air de te blaster la tête dès le petit matin... :oops:


EDIT :
le livre homo qui m'a le plus marqué c'est celui là :
http://www.et-alors.net/articles/55 8)
fredouille
Messages : 8234
Inscription : mer. juin 29, 2005 8:31 pm

Message par fredouille »

difficile a dire, je lis des livres moi aussi, apres si y traitent peu ou prou de l'homosexualité c'est secondaire par rapport a la qualité du bouquin,
mais on va jouer le jeu et on va dire
XY de l'identité masculine de E badinter (bon pas franchement homo)
la romance de tenebreuse de bradley qui est arrivé a point nommé, mais la c'est plus une question de moi ou j'en etait a l'epoque
et pis surtout
Dis moi quelque chose de G. le Touze que j'ai adoré et que j'adore encore
Spoutnik
Messages : 416
Inscription : mar. août 09, 2005 9:06 pm

Message par Spoutnik »

Bonjour,

captain a écrit :d'ailleurs, ça veut dire quoi, un livre Homo ?
Il faut que l'auteur soit gay ?
ou alors il faut que les personnages le soient ?
je suis désolé spoutnik, on a l'air de te blaster la tête dès le petit matin... :oops:


Pas de souci, j'ai déjà bu mon café ! :wink:

L'idée n'était pas de se lancer dans un débat sur l'existence d'une littérature homo ou pas.

L'idée était que dans le cadre de la découverte, de l'accceptation et de la vie au quotidien de notre homosexualité, des livres nous ont marqués, accompagnés, nous ont aidés dans notre rencontre avec cette part de nous-même, etc. Je ne me situais donc pas sur le terrain de la "qualité littéraire", mais plus sur celui de "l'effet" produit par des livres sur notre "vécu homosexuel".

J'ai par exemple cité "Elles sont pas croyable" ; je rajoute d'emblée Colette et ses Claudine, que j'ai lues ados et qui m'on éveillées à la sensualité lesbienne.

Bon, j'espère avoir été plus claire dans mes intentions, sinon, je retourne me servir un troisième café ! :wink:

Bonne journée !
Cy
Spoutnik
Messages : 416
Inscription : mar. août 09, 2005 9:06 pm

Message par Spoutnik »

Re-b,

fredouille a écrit :la romance de tenebreuse de bradley qui est arrivé a point nommé, mais la c'est plus une question de moi ou j'en etait a l'epoque


Voilà ! :wink: C'était ça le sujet : comment un livre à pu renonctrer là où on en était à un jour J de notre homosexulité…

Bonne journée
Cy
Menear
Messages : 186
Inscription : jeu. juin 30, 2005 9:08 pm

Message par Menear »

Pareil que les autres concernant le peu d'intérêt qui existe pour moi concernant la "littérature homo", mais il y a bien un livre qui m'a beaucoup marqué (indépendament du fait qu'il parle de personnages homos d'ailleurs) c'est Dans la ville des chasseurs solitaires, de Tom Spanbauer, une merveille ;) .

Sinon, puisqu'on est dans le sujet, vous aussi vous trouvez que Edmund White c'est de la grosse merde ou y a que moi ??
fredouille
Messages : 8234
Inscription : mer. juin 29, 2005 8:31 pm

Message par fredouille »

Spoutnik a écrit :Re-b,

fredouille a écrit :la romance de tenebreuse de bradley qui est arrivé a point nommé, mais la c'est plus une question de moi ou j'en etait a l'epoque


Voilà ! :wink: C'était ça le sujet : comment un livre à pu renonctrer là où on en était à un jour J de notre homosexulité…

Bonne journée
Cy

yep, a ce moment là, c'est definitivement dis moi quelque chose qui m'a vraiment fait evoluer, mais c'etait plus tard ;)
Seb
Messages : 188
Inscription : jeu. juin 30, 2005 5:50 pm

Message par Seb »

Une voix dans la nuit de Armistead Maupin. Outre l'histoire qui est belle est bien racontée, je me retrouve complètement dans le personnage principal.
Sinon je n'ai pas trop lu de livre orienté "gay"...
edogawa
Messages : 1662
Inscription : jeu. juin 30, 2005 2:51 pm

Message par edogawa »

Comme certains ici, je n'ai jamais lu un livre de ma vie sous le prétexte qu'il traitait de l'homosexualité. Par contre j'ai lu des livres avec des personnages homos (la plupart de temps je ne le savais pas lorsque je commençais le livre en question).
Je citerais "Confession d'un masque" (même si je me rends compte, plus je découvre d'auteurs japonais, que les bouquins de Mishima m'ennuient rapidement), "Les garçons sauvages" et "Queer" de Burroughs, "Last exit to Brooklyn" de Selby et le personnage bouleversant du travesti Georgette (derrière la violence des livres de Selby - parfois insoutenable - se cache toujours une immense compassion de la part de l'auteur pour ses personnages), "La vierge des tueurs" de Vallejo, "Journal du voleur" de Genet, etc.
fredouille
Messages : 8234
Inscription : mer. juin 29, 2005 8:31 pm

Message par fredouille »

Edo> georgette est le prenom de ma mere, c'est grave???, mais c'est pas un trav :lol:
seb> une voix dans la nuit est genial c'est vrai; touchant beaucoup aussi. Mais de Maupin je prefere encore maybe the moon. Les chroniques a coté sont boulevardesques. Il faudrait qu'il nous en ponde plus souvent comme ca
Répondre