Les livres homos qui vous ont marqués

Les bouquins et les maisons d'édition.
floridjan
Messages : 9049
Inscription : ven. août 22, 2008 8:06 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par floridjan »

Harmodius a écrit :[(Et par ailleurs, et même si ce n'est absolument pas mon intention de le faire, je te signale qu'il n'y a rien dans la Charte qui interdise de présenter de manière positive des relations sexuelles entre adultes et enfants).
La charte interdit les propos illégaux. Les relations sexuelles d'adultes de plus de 18 ans avec des mineurs de moins de 15 ans (et à fortiuri encore plus quand il s'agit de mineurs pré-pubère) sont interdites par la loi. Donc non, on n'écrit pas sur le forum que c'est cool, que c'est bien, que c'est pas grave.
floridjan
Messages : 9049
Inscription : ven. août 22, 2008 8:06 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par floridjan »

Double post ayant pour but de ramener le topic dans le chemin de la littérature :mrgreen:
Je suis en train de lire Kafka sur le rivage, de Haruki Murakami, l'auteur de 1Q84.
C'est divinement bien écrit, étrange, captivant, on ne sait pas où ça nous entraine, on flirte avec le fantastique sans vraiment tomber dans le surnaturel. Pour l'instant, j'adore !
Harmodius
Messages : 947
Inscription : ven. déc. 31, 2010 12:17 am

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Harmodius »

floridjan a écrit :
Harmodius a écrit :[(Et par ailleurs, et même si ce n'est absolument pas mon intention de le faire, je te signale qu'il n'y a rien dans la Charte qui interdise de présenter de manière positive des relations sexuelles entre adultes et enfants).
La charte interdit les propos illégaux. Les relations sexuelles d'adultes de plus de 18 ans avec des mineurs de moins de 15 ans (et à fortiuri encore plus quand il s'agit de mineurs pré-pubère) sont interdites par la loi. Donc non, on n'écrit pas sur le forum que c'est cool, que c'est bien, que c'est pas grave.
OFF-Topic :
Une activité peut être illégale sans qu'il soit illégal de dire du bien de cette activité. C'est une évidence ; et d'ailleurs si ce n'était pas le cas je ne vois pas comment on pourrait argumenter en faveur de l'abrogation d'une loi quelle qu'elle soit. Par ailleurs je suis heureux que tu me donnes raison sur l'âge de 15 ans.

Et avant de clore (ou pas, ça dépend si y a des réponses...) cette pénible discussion, je trouve significatif et un peu effrayant que ce sujet fasse complètement paniquer des gens au point de leur faire perdre toute rigueur dans le raisonnement (Fredouille), de leur faire faire des procès d'intention infondés (Ray Steam) et de leur faire faire des court-circuits logiques comme celui que je viens d'expliquer (Floridjan). Enfin...
:gentil:
floridjan
Messages : 9049
Inscription : ven. août 22, 2008 8:06 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par floridjan »

Je propose de clôturer ici ce débat car ce topic n'est clairement pas le bon endroit pour ce genre de chose
onsald
Messages : 208
Inscription : sam. nov. 28, 2009 10:06 am

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par onsald »

Le 1er livre homo que j'ai lu fut un roman de Jean Genet (1947) : "Querelle de Brest". Il m'a marqué ... négativement, dans le sens où il était vraiment très compliqué à lire. Sauf une scène ... la scène de sexe entre Nono (je crois) et querelle..


NB : "l'Organisation mondiale de la santé (OMS), classe la pédophilie dans les Troubles de la préférence sexuelle (F65) qui eux-mêmes font partie des Troubles de la personnalité et du comportement chez l'adulte. La pédophilie (F65.4) est définie comme étant "la préférence sexuelle pour les enfants, qu'il s'agisse de garçons, de filles, ou des deux, généralement d'âge prépubère ou au début de la puberté"."
Volodia
Messages : 38
Inscription : sam. juin 16, 2012 1:45 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Volodia »

J'ai beaucoup aimé : Teleny attribué à Oscar Wilde ? et Ce sont amis que vent emporte de Yves Navarre.

Et j'ai été choqué et écoeuré du livre Kannibal de Erik Rémès qui est pourtant un homme charmant...
BillyBudd
Messages : 9
Inscription : sam. oct. 19, 2013 7:34 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par BillyBudd »

Comme beaucoup ici je vais citer Les mémoires d'Hadrien, le chef d'oeuvre de la grande Marguerite Yourcenar, l'homosexualité n'y est qu'un thème parmi d'autre dans ce livre d'une grande richesse, mais c'est abordé avec franchise comme une possibilité naturelle de l'amour humain, avec beaucoup de finesse sans volonté de choquer, d'une maniére général ce livre humaniste est magnifique grâce a l'écriture classique et a la profonde intelligence de son auteur (qui était un véritable puits d’érudition)

En rapport avec Yourcenar, puisqu'elle l'a beaucoup défendu en France, Mishima est aussi un auteur qui m'a beaucoup marqué, sur l'homosexualité je retiens deux livres:
Confession d'un masque roman semi-autobiographique, très torturé ou un jeune homme se découvrant homosexuel tente de cacher ses penchants et même de luter contre. Un livre magnifique mais éprouvant et volontiers dérangeant, comme toujours chez Mishima, le désir, la beauté et l'amour sont irrémédiablement lié a la mort. Un livre complexe a l'image de la personnalité pour le moins très particulière de son auteur dont la vie est aussi tordue que ses livres. Les amours interdites là aussi un livre superbe et dérangeant qui met en lumière les rapports très particulier que Mishima entretenaient avec l'art (ici littéraire), les femmes et les hommes et le désir en général.
(De Mishima je conseille aussi Le pavillon d'or, le marin rejeté par la mer et la tétralogie de La mer de la fertilité)

Jean Genet, pour moi le plus grand écrivain français du XX éme siécle avec Julien Gracq (et aussi Celine et Proust, mais eux c'est devenus banal de les citer :mrgreen: ), Querelle de Brest, Notre Dame des fleurs et le magnifique poéme Le condamné a mort, sont des textes magnifiques sur le plan de la langue et compte parmi les choses les plus érotique que j'ai pu lire!

Et sinon un de mes romans préférés reste Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, si l'homosexualité n'y ait jamais abordé directement (quasiment rien n'est abordé directement dans ce livre de toutes façon) elle est fortement suggérer. Et de toute façon le texte est un régal ne serait-ce que pour les traits d'esprit et l'écriture sensuelle, malgré l’extrême pudeur de l'ensemble, d'Oscar Wilde. Dans ce livre tout est suggérer et c'est clairement ce qui fait sa force!
Volodia
Messages : 38
Inscription : sam. juin 16, 2012 1:45 pm

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Volodia »

Je vois BillyBud que nous avons beaucoup de lecture en commun. J'ai du reste beaucoup aimé le livre dont vous portez le pseudo :wink:
Paulette
Messages : 2224
Inscription : lun. juil. 03, 2006 8:23 am

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Paulette »

Je ne l'ai pas lu, mais je ne trouve pas de topic pour les sorties des livres nous concernant.
Alors je pose mon truc ici :
Image

Pour nous, les pédés de la campagne :
Clic !
Paulette
Messages : 2224
Inscription : lun. juil. 03, 2006 8:23 am

Re: Les livres homos qui vous ont marqués

Message par Paulette »

Bon alors copains, personne n'a lu Eddy ?

Je le conseille vivement. Même si ça fait mal. Pour ceux qui sont dans l'éducation. Ou ceux qui se rappellent qu'il y a aussi des Pédés hors de Paris.

Extrait, pas le plus violent, que j’aurais peur de déformer en les sortant du contexte. Mais bien réels :
A compter de mon arrivée dans l’établissement, j’ai erré tous les jours dans la cour pour tenter de ma rapprocher des autres élèves. Personne n’avait envie de me parler : le stigmate était contaminant ; être l’ami du pédé* aurait été mal perçu.
J’errai sans laisser transparaitre l’errance, marchant d’un pas assuré, donnant toujours l’impression de poursuivre un but précis, de me diriger quelque part, si bien qu’il était impossible pour qui que ce soit de s’apercevoir de la mise à l’écart dont j’étais l’objet.
L’errance ne pouvait pas durer, je le savais. J’avais trouvé refuge dans le couloir qui menait à la bibliothèque, désert, et je m’y suis réfugié de plus en plus souvent, puis quotidiennement, sans exception. Par peur d’être vu là, seul, à attendre la fin de la pause, je prenais toujours soin de fouiller dans mon cartable quand quelqu’un passait, de faire semblant d’y chercher quelque chose, qu’il puisse croire que j’étais occupé, et que ma présence dans cet endroit n’avait pas vocation à durer.
* Ici on pourrait facilement transposer ce passage avec gros/arabe/handicapé/black et j’en passe

Ou Steevy, quoi qu’on en dise, a tout de même marqué l’histoire de pas mal d’ados :
Sur l’autre chaine, il y avait un homosexuel qui participait à une émission de téléréalité. C’était un homme extraverti, aux vêtements colorés, aux manières féminines, aux coiffures improbables pour des gens comme mes parents. L’idée même qu’un homme aille chez le coiffeur était mal perçue. Les hommes se faisaient tondre par leur femme, ils n’allaient pas au salon de coiffure. Il les faisait beaucoup rire – toujours les rires – à chacune de ses prises de paroles Ah ! Celui-là il fait du vélo sans selle. J’aimerais pas ramasser la savonnette à côté de lui. Lui pédé ? Plutôt se faire enculer. L’humour à certains moments cédait la place au dégoût Faut les prendre ses sales pédales, ou leur enfoncer une barre de fer dans le cul.

C’est à ce moment, au moment où ils faisaient des commentaires sur l’homosexuel de la télévision, que je suis rentré du collège. Il s’appelait Steevy. Mon père s’est tourné vers moi, il m’a interpellé Steevy, c’était bien l’école ? Titi et Dédé se sont esclaffés, un véritable fou rire : les larmes qui coulent, le corps qui se tord, comme soudainement possédé par le démon, la difficulté de reprendre sa respiration Steevy, oui c’est vrai maintenant que tu le dis, ton fils a un peu les mêmes manières quand il parle. L’impossibilité, encore, de pleurer. J’ai souri, et je me suis précipité dans ma chambre.
Répondre