Grammaire et Orthographe : Règles de base

C'est un passage quasi-obligatoire pour tous les nouveaux inscrits.
Répondre
Nomade
Messages : 10064
Inscription : sam. juil. 02, 2005 12:16 pm

Grammaire et Orthographe : Règles de base

Message par Nomade »

Bonjour à toutes et à tous ! :D

La Charte d'Et-Alors a écrit :Section 1 : Langue
La langue de ce site est le français, veillez donc à l’employer, à vous relire et à corriger vos propos si cela est nécessaire. Tout propos incompréhensible pourra être amendé voire supprimé. Ceci veut dire utilisation d’un français correct, l’utilisation du langage SMS est à proscrire, de même que des contributions exclusivement en langue étrangère.

Mais... C'est quoi le français ? :shock:

Je vais tenter de faire redécouvrir cette langue à ceux qui en auraient besoin. Toute aide est bienvenue. Par contre le flood, non.
Je signale aussi que le but n'est pas de chasser TOUTES les fautes. On ne demande pas à ce que tous les posts de tous les éaloriens soient parfaitement exempts d'erreurs, de fautes de frappe et de coquilles. Le but est seulement d'en amener certains à faire des efforts, à réfléchir à ce qu'ils écrivent et éventuellement à leur donner des outils pour être plus efficaces. :wink:

Je pars du principe que l'alphabet est maîtrisé par tous. Je pense que personne ne me contredira sur ce point. :D

Commençons sans plus tarder par deux verbes de base, qui sont aussi auxiliaires pour les temps composés : être et avoir. Je ne présenterai que les conjugaisons les plus utiles, oublions le subjonctif imparfait et... nan je vais quand même mettre le passé simple, sait-on jamais... :roll: En fait je vous mets tout. Soyons exhaustifs et optimistes...

ÊTRE

Indicatif

Présent
je suis
tu es
il est
nous sommes
vous êtes
ils sont

Passé composé
j' ai été
tu as été
il a été
nous avons été
vous avez été
ils ont été

Imparfait
j' étais
tu étais
il était
nous étions
vous étiez
ils étaient

Plus-que-parfait
j' avais été
tu avais été
il avait été
nous avions été
vous aviez été
ils avaient été

Passé simple
je fus
tu fus
il fut
nous fûmes
vous fûtes
ils furent

Passé antérieur(attention ça devient violent)
j' eus été
tu eus été
il eut été
nous eûmes été
vous eûtes été
ils eurent été

Futur simple
je serai
tu seras
il sera
nous serons
vous serez
ils seront

Futur antérieur
j' aurai été
tu auras été
il aura été
nous aurons été
vous aurez été
ils auront été

Impératif

Présent
sois
soyons
soyez
Passé
aie été
ayons été
ayez été

Subjonctif

Présent
que je sois
que tu sois
qu' il soit
que nous soyons
que vous soyez
qu' ils soient

Passé
que j' aie été
que tu aies été
qu' il ait été
que nous ayons été
que vous ayez été
qu' ils aient été

Imparfait
que je fusse
que tu fusses
qu' il fût
que nous fussions
que vous fussiez
qu' ils fussent

Plus-que-parfait
que j' eusse été
que tu eusses été
qu' il eût été
que nous eussions été
que vous eussiez été
qu' ils eussent été

Conditionnel

Présent
je serais
tu serais
il serait
nous serions
vous seriez
ils seraient

Passé
j' aurais été
tu aurais été
il aurait été
nous aurions été
vous auriez été
ils auraient été

Infinitif

Présent
être

Passé
avoir été

Participe

Présent
étant

Passé
été
ayant été

Gérondif

Présent
en étant

Passé
en ayant été




AVOIR

Indicatif

Présent
j' ai
tu as
il a
nous avons
vous avez
ils ont

Passé composé
j' ai eu
tu as eu
il a eu
nous avons eu
vous avez eu
ils ont eu

Imparfait
j' avais
tu avais
il avait
nous avions
vous aviez
ils avaient

Plus-que-parfait
j' avais eu
tu avais eu
il avait eu
nous avions eu
vous aviez eu
ils avaient eu

Passé simple
j' eus
tu eus
il eut
nous eûmes
vous eûtes
ils eurent

Passé antérieur
j' eus eu
tu eus eu
il eut eu
nous eûmes eu
vous eûtes eu
ils eurent eu

Futur simple
j' aurai
tu auras
il aura
nous aurons
vous aurez
ils auront

Futur antérieur
j' aurai eu
tu auras eu
il aura eu
nous aurons eu
vous aurez eu
ils auront eu

Impératif

Présent
aie
ayons
ayez

Passé
aie eu
ayons eu
ayez eu

Subjonctif

Présent
que j' aie
que tu aies
qu' il ait
que nous ayons
que vous ayez
qu' ils aient

Passé
que j' aie eu
que tu aies eu
qu' il ait eu
que nous ayons eu
que vous ayez eu
qu' ils aient eu

Imparfait
que j' eusse
que tu eusses
qu' il eût
que nous eussions
que vous eussiez
qu' ils eussent

Plus-que-parfait
que j' eusse eu
que tu eusses eu
qu' il eût eu
que nous eussions eu
que vous eussiez eu
qu' ils eussent eu

Conditionnel

Présent
j' aurais
tu aurais
il aurait
nous aurions
vous auriez
ils auraient

Passé
j' aurais eu
tu aurais eu
il aurait eu
nous aurions eu
vous auriez eu
ils auraient eu

Infinitif

Présent
avoir

Passé
avoir eu

Participe

Présent
ayant

Passé
eu
ayant eu

Gérondif

Présent
en ayant

Passé
en ayant eu



Prochaine leçon : reconnaître un infinitif d'un participe passé. :evil:
Dernière modification par Nomade le mar. juin 17, 2008 9:39 pm, modifié 4 fois.
Nomade
Messages : 10064
Inscription : sam. juil. 02, 2005 12:16 pm

Message par Nomade »

"G'es toujour aimai marché dan la fauret est regardaient lé zoizos é oci lé zécouté shanté. :amour:"

Une orthographe aussi désastreuse peut avoir des effets encore plus ravageurs qu'une canicule, dans une maison de retraite non climatisée. Elle peut également générer une flambée d'agressivité chez les individus, même jeunes, ayant appris à écrire. Afin de vous éviter une mise au ban pure et simple de la société lettrée, je vais vous présenter une règle simple pour savoir quand utiliser un verbe à l'infinitif.

Prenons un exemple : "Pierre est allé marcher". Comment savoir que "aller" se conjugue et pas "marcher" sans pour autant s'embrouiller l'esprit avec des règles élaborées telles que "Lorsque deux verbes se suivent, si le premier n'est ni "être" ni "avoir", alors le second reste à l'infinitif" ? Bref comment savoir que Pierre est allé marcher et qu'il n'est pas aller (au) marché ?

Rien de plus simple. Remplacez (ah oui là c'est de l'impératif, ça fera peut-être l'objet d'une autre leçon... :roll: ) chaque verbe qui vous pose problème par un verbe du deuxième ou du troisième groupe, c'est-à-dire un verbe qui ne finit pas par "-er". En gros, prenez "Vendre".

Testons maintenant les solutions pour le premier verbe, "aller" :
- Pierre est vendre
- Pierre est vendu
Il apparaît clairement que la bonne solution est la seconde. Il faut donc en déduire que le verbe se conjugue. Donc : "Pierre est allé".

Essayons à présent pour le second verbe, "marcher" :
- Pierre est allé vendre.
- Pierre est allé vendu.
Cette fois-ci, nos oreilles se rebiffent à l'écoute de la deuxième phrase. La bonne est donc la première. Nous en déduisons que le verber reste à l'infinitif. Donc : "Pierre est allé marcher".

Vous avez à présent un moyen infaillible de ne plus faire la faute. Par pitié pour les autres utilisateurs du forum, utilisez-le. :?


Dans la prochaine leçon, je vous enseignerai la différence fondamentale entre "ça" et "sa".
Rakanishu
Messages : 4284
Inscription : ven. juil. 01, 2005 4:40 pm

Message par Rakanishu »

Je rajoute mon petit grain de sel vis à vis d'un truc qui me hérisse les poils :

Ça != sa

Ça :
Pronom démonstratif, forme raccourcie du pronom cela.

Sa :
Féminin, adjectif possessif. Comprendre : ce dont on parle, c'est à elle. A ELLE !!

On dit :
Ça va ?
et pas : Sa va ? Personne n'a de va !!!! Donc on peut pas parler de sa va, ni de son va !!

Celui qui dit "sava" se prend une savate dans la gueule !!

On dit :
Ça s'entend !
On ne dit pas :
sa s'entend. Sa quoi s'entend ? HEIN SA QUOI ? ON PEUT PAS PARLER DE SA, NI DE SON !

Remplacez vos horribles "sa" mis à toutes les sauces par "son", et vous comprendrez l'horreur et les grimaces que plein de gens dont moi font quand ils lisent cela.

On dit :
Elle fait sa vaisselle
Elle a lancé sa machine
Elle reste à la maison toute la journée pour sa famille
Sa motivation à travailler est grande
(zut, je voulais trouver plein de phrases bien typées femme soumise des années 50 qui restait préparer le repas à la maison pour son mari et tout, mais j'y arrive pas, du coup s'pa drôle :( )

(je remercie entre autres le Wiktionnaire !)
Nomade
Messages : 10064
Inscription : sam. juil. 02, 2005 12:16 pm

Message par Nomade »

alor moi kan GT pti jaV pl1 dami mé m1tnan jcompran pa ya plu personn ki veu me parlé mai tfasson c tous d con ki mérit pa kon s1Tress a E dailleur jen é mar 2 leur sal gueul g DciD 2 fèr du tri dan mé ami le pb c kil mon pa atendu alor voila jvi1 sur se forum pr svr si yen a ici ki seré dacord pour êtr mé ami c dur dêtr seul jen peu plu je Dprim aidé moi svp je sé kici sa devré allé mieu vou regretré pa chui kelk1 2 super jespr ke vou répondré ++ kissous lol jvou èm déja jme sen tro bi1 issi mdrrrr


Si vous êtes parvenus jusque là, vous avez mon admiration éternelle. :lol:
Outre la qualité orthographique douteuse du texte écrit ci-dessus, vous aurez peut-être noté un autre fléau qui semble toucher la même tranche de population : une utilisation au mieux inadaptée, au pire (comme ici) inexistante, de la ponctuation.
Chez les sujets non entraînés, la lecture d'une "phrase" de 5 lignes sans virgule ni point peut entraîner un arrêt total de la respiration, et donc la mort par asphixie. En effet, quand on a appris à écrire et à lire "poliment", on attend la virgule, le point, les deux points, le point virugle pour reprendre son souffle. Leur absence peut donc avoir des conséquences graves.

Le but de cette leçon sera donc de vous inculquer quelques notions de base sur ce thème.

Règle numéro 1 :
Une phrase commence par une majuscule et se termine par un point (.), un point d'interrogation (?), d'exclamation (!) ou des points de suspension (...).
Une entorse à cette règle est communément admise sur msn et sur les chats. Il se trouve qu'Et-alors n'est ni msn, ni un chat. Veillez donc à respecter cette règle.

La virgule :
Notée ",", la virgule est un signe de ponctuation permettant d'isoler des portions de phrase, que nous pouvons considérer comme des "unités de sens". Elle permet de rompre la longueur et la monotonie d'une phrase, de lui conférer une certaine musicalité.

Exemple :
"Ah-bonjour-Monsieur-du-Corbeau-que-vous-êtes-joli-que-vous-me-semblez-beau !"
Cette phrase est atrocement désagréable quand elle est prononcée d'un trait.
"Ah, bonjour, Monsieur du Corbeau, que vous êtes joli, que vous me semblez beau !"
La virgule permet de redonner un rythme harmonieux à la phrase.

Il n'est pas non plus nécessaire de mettre une virugle après chaque mot, sinon votre lecteur frôlera la surventilation. Tout est dans la mesure.

La virgule s'utilise :
- entre chaque adjectif d'une suite : "Il était musclé, brun, mignon, homo, célibataire et sexy."
- pour marquer une rupture : "Il était mignon, mais hétéro."
- pour isoler une précision sur ce qui vient avant : "Le garçon que j'ai vu ce matin, très mignon au demeurant, est en fait un gros connard."
- pour juxtaposer des notions, des noms ou des actions : "Je viens de faire la vaisselle, de repasser mon linge, de passer la serpillère, de prendre une douche et je dois encore aller faire les courses.", "C'était un adepte de l'écriture, de la littérature, de la philosophie ainsi que de plusieurs sciences humaines."


Le point d'interrogation :
Il s'utilise communément à la fin des questions.
"salut sa va" risque ainsi d'amener un puriste à vous bloquer purement et simplement sur msn, pour double (ou triple si vraiment c'est un puriste très puriste)-crime contre la francophonie. La bonne orthographe est en effet :
"Salut, ça va ?" Et d'ailleurs même plutôt :
"Salut, comment vas-tu ?"
L'usage du point d'interrogation permet de montrer à votre interlocuteur que vous attendez une réaction de sa part, que vous ne parlez pas tout seul, en gros.

Le point d'exclamation :
Il permet de noter la surprise, l'agressivité, bref une hausse de ton pour une raison quelconque.
"Han mais quel connard je rêve !"

Les points de suspension :
Ils laissent envisager que vous auriez encore beaucoup à dire, mais que vous préférez arrêter là.

Les deux points :
Ils sont là pour signaler que vous allez développer votre propos, proposer une explication...
"Voilà ce dont je rêve : me trouver sur une île déserte quelque part dans l'Océan indien."

Et maintenant, une petit compilation :

"Je ne te supporte plus ! Veux-tu savoir pourquoi ? En voici les raisons : tu es égocentrique, imbu de ta personne, malpoli, intolérant, cynique, malsain..."
Kefka
Messages : 2843
Inscription : lun. févr. 11, 2008 10:43 pm

Message par Kefka »

Merci !
Bon, je vais diviser tout ça en deux parties : une avec les règles de base et l'autre pour les puristes ou pour les curieux.

Premièrement, un adjectif s'accorde toujours en genre et en nombre avec le nom ou le groupe nominal qu'il accompagne. Il en va de même avec les participes passés à valeur d'adjectif.
Ex : la lettre envoyée, le discours écrit, ...

Deuxièmement, en présence de l'auxiliaire "être", on accorde toujours le participe passé en genre et en nombre avec le sujet .
Ex : elle est devenue actice et il est devenu écrivain.

Enfin, en présence de l'auxiliaire "avoir", l'accord ne se fait que si le c.o.d (qui répond à la question "quoi" ou "qui" posée au verbe) du groupe verbal est situé avant celui-ci.
Ex : les fleurs que j'ai cueillies

Voilà les règles de base. Ensuite, tout se complique avec les verbes pronominaux (s'employant avec un pronom personnel comme se laver, se peigner, ..).

Le participe passé des verbes pronominaux proprement dits (qui ne se conjuge qu'à la forme pronominale) s'accorde en genre et en nombre avec le sujet.
Ex : elles se sont évanouies

Le participe passé des verbes pronominaux non réfléchis (dont le pronom personnel n'est ni c.o.d, ni c.o.i) s'accorde avec le sujet.
Ex : ils se sont attaqués à plus fort qu'eux

Le participe passé des verbes pronominaux transitifs (qui régissent un c.o.d) : on remplace mentalement l'auxiliaire "être" par l'auxiliaire "avoir" pour trouver le c.o.d
Ex 1: elle s'est lavée (Elle a lavé qui ? Réponse "s", pronom personnel, c.o.d, mis pour "elle", féminin singulier donc accord)
Ex 2 :elle s'est lavé le visage (Elle a lavé quoi ? Réponse "le visage", c.o.d donc pas d'accord puisqu'il est placé après le groupe verbal)

Le participe passé des verbes pronominaux intransitifs (qui ne régissent pas de c.o.d) : participe passé invariable
Ex : les fêtes se sont succédé (les fêtes ont succédé à "se" donc à elles-mêmes, donc la question posée est indirecte "à qui ?", donc c'est un c.o.i donc pas d'accord)

Le participe passé suivi d'un infinitif : s'accorde avec le c.o.d qui le complète.
Ex 1 : La cantatrice que j'ai entendue chanter ("que" mis pour "la cantatrice", féminin singulier, est le c.o.d de "entendu")
Ex 2 : la chanson que j'ai entendu chanter (on n'accorde pas "entendu" car son c.o.d est "chanter" qui est placé après le groupe verbal. "Que", ici pour "la chanson", féminin singulier, est le c.o.d de "chanter")
On applique la même règle pour les verbes pronominaux suivis d'un infinitif.
Devant un infinitif, le participe passé de "faire" est toujours invariable ("la maison que j'ai fait construire")


Et cerise sur le gâteau, couru, coûté, valu, vécu sont invariables au sens figuré mais s'accordent au sens propre.
Ex : "les 10€ que m'a coûté ce livre" mais "les efforts que m'a coûtés ce travail"

Il n'y a que les règles de base qu'il faut absolument connaître. Le reste peut vous servir mais est difficilement applicable, à moins d'y penser constamment. Je les ai données pour ceux que ça intéresse (et aussi pour enfin trouver une utilité à ce cours de français de prépa ... :euh: )
Nomade
Messages : 10064
Inscription : sam. juil. 02, 2005 12:16 pm

Message par Nomade »

Petit topo à l'usage des utilisateurs invétérés des abréviations.

Considérez dans la suite que la forme suivante s'applique à toutes les lignes : "On n'écrit pas X, mais Y".

On n'écrit pas "slt", ni "salu" mais "salut".
- cc => coucou
- sv => ça va ?
- tjs => toujours
- jms => jamais
- pk => pourquoi
- kkun => quelqu'un
- nn => non
- pa => pas
- com sa => comme ça
- dsl => (je suis) désolé / je te présente mes excuses / pardon
- oci => aussi
- c => c'est
- pir => pire
- mieu => mieux
- moin => moins
- plu => plus (penser au "ne" si la phrase est négative)
- Bienvenu ! => Bienvenue ! / Tu es le bienvenu / Tu es la bienvenue
- on véra => on verra
- il faut qu'il y est => il faut qu'il y ait
- t'inkiète / tkt => ne t'inquiète pas
- ga => gars / garçon
- bizard => bizarre
- on fesait => on faisait
- ta => tu as (selon le contexte, évidemment)
- aniv => anniversaire
- préci / pressis => précis
- serieu => sérieux
- g => j'ai
- défo => défaut

Je continuerai quand j'aurai le courage, j'en ai pour des jours. :roll: :lol:
Nomade
Messages : 10064
Inscription : sam. juil. 02, 2005 12:16 pm

Message par Nomade »

J'ai viré le flood, on ne garde que les leçons.

Pour faire plaisir à Zünisch et à mestic :

"Je vous aime malgré que des fois vous me tapez sur les nerfs."

:evil: NON ! :evil:

Encore une fois, vous courez le risque de vous faire insulter.
"Mais... Pourquoi ?" :snif: pensez-vous, tendre innocent que vous êtes.

En effet, au niveau de l'orthographe, il n'y a rien à dire.
"Ben alors pourquoi tu cries ? :snif:"

Parce que "Malgré Que" n'existe pas ! Ce n'est pas français. Ce n'est pas correct. Bref, bannissez-le de votre langage. S'il vous plait. :snif:

Utilisez à la place "Bien Que", suivi du subjonctif. Ou, si vous n'aimez pas le subjonctif, "même si".
"Je vous aime même si des fois vous me tapez sur les nerfs."
"Je vous aime bien que des fois vous me tapiez sur les nerfs."
C'est quand même plus agréable à l'oreille, non ?
petit_pois
Messages : 893
Inscription : mer. janv. 03, 2007 11:40 pm

Message par petit_pois »

Tant qu'on est dans les locutions conjonctives :
Après que est suivi de l'indicatif.
ex : Longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu.

Sinon, le verbe résoudre :
Je résous
Tu résous
Il résout
Nous résolvons
Vous résolvez
Ils résolvent
wanou
Messages : 242
Inscription : sam. mai 26, 2007 3:16 pm

Message par wanou »

petit_pois a écrit :Sinon, le verbe résoudre :


La conjonction sinon ne doit pas être utilisée ici par contre. Sinon exprime beaucoup de choses. L'usage le plus commun est certainement l'alternative négative d'un énoncé précédent (si ce n'est pas le cas) :

Si Léon me rappelle, j'irai à la soirée d'Isabelle. Sinon, non.
Mériadec viendra demain. Sinon, je lui flanquerai une bonne fessée !


Dans le cas du post précédent, il aurait mieux fallu écrire : rien, ensuite, puis, dans un autre contexte...
Aloïs
Messages : 54
Inscription : lun. juin 02, 2008 7:18 pm

Message par Aloïs »

[Edité, on ne garde que les leçons, pour le débat, d'autres sujets existent (G86]

« Malgré que » existe bien en français (c'est une locution conjonctive), et elle peut s'employer au subjonctif avec le verbe avoir uniquement [p.ex : malgré que j'en aie ...].
Répondre