La transidentité c'est les autres

Garçon, fille, un peu des deux ou encore ailleurs, ici on discute identité de genre.
Gaël
Messages : 2
Inscription : mer. nov. 10, 2021 1:47 pm
Genre : icone de genre trans_ftm

La transidentité c'est les autres

Message par Gaël »

Bonjour bonjour,

Je viens tout juste de m'inscrire ici après maintes recherches, j'ai tellement de questions que je finis par m'épuiser et ne plus avoir où je vais...
Mon prénom de naissance n'est pas du tout Gaël mais est féminin, j'ai juste eu un coup de cœur pour ce prénom masculin et je crois que c'est un prénom avec lequel je me sentirais plutôt bien. Vous l'avez compris je pense être un homme trans mais j'ai tellement de doutes et de peur que ça m'empêche d'avancer et d'explorer comme il faut cette question. Je vous préviens que ce post risque d'être très long, c'est compliqué de synthétiser mais je vais essayer que ce soit le plus agréable possible à lire.

Je ne sais pas du tout par où commencer en plus. On va dire que ça fait 1 an maintenant que cette question "Est-ce que je suis trans?" me chamboule l'esprit au point que je ne dormais pratiquement plus pendant 3 ou 4 mois. Je me rend limite malade avec ça et je ne comprend pas du tout ce qui m'arrive. Je ne sais pas d'où me vient ce questionnement et depuis quand il est là. Je pense que je ne me rendais pas du tout compte. Il y à 1 an j'ai tout simplement regarder la nouvelle saison d'une petite série Française que j'apprécie pour les sujets abordés : Skam France. Dans cette saison là on apprend un peu plus de choses sur un personnage qui est un homme transgenre. C'était une période où j'ai commencé à la suite à me documenter sur le sujet de la transidentité, et j'avoue que je ne sais pas spécialement pourquoi. J'ai vu pas mal de témoignages, zieuter pas mal de comptes sur Instagram, j'ai lu un livre, vu un très bon reportage avec la parole des personnes concernées bref je me suis documenté quoi jusqu'à en savoir un peu plus sur les parcours de transitions. Je n'ai jamais pu finir le reportage parce que j'ai eu l'impression de me manger une grosse claque. De tout ce que j'ai pu lire ou visionner, j'avais l'impression qu'on parlait à ma place, qu'on parlait pour moi. J'aurais pu dire exactement les mêmes ressentis.
J'ai beaucoup de mal à expliquer où je veux en venir, c'est très flou et très dur à expliquer je trouve.

C’est surtout que moi je n’ai pas été dans ce cas là depuis l’enfance à me questionner, ça a même été tout le contraire, j’ai toujours été dans des clichés féminins jusqu’à aujourd’hui sans me poser de question. Mais depuis l’enfance c’est comme si quelque chose clochait et que même quand il ne se passe rien de particulier, bah ça ne va pas, je me dis que je n’arrive pas à me supporter et qu’un jour ça va mal se terminer. Même si c’est très personnel je ne cache pas que j’ai un réel trouble de l’humeur qui est traité par des médicaments mais diagnostiqué depuis peu de temps donc assez tard depuis 3-4 ans (j'ai 27 ans) et j’ai peur qu’en parlant de tout ça on l’associe à mon trouble psy et surtout parce que je n’ai jamais montrer quoi que ce soit. J'ai peur d'en parler à mon médecin psychiatre par exemple qu'il me dise que ça ne sort de nulle part, qu'on ne me prenne pas au sérieux en fait. Mais moi je le sens et je l’ai toujours senti que je ne suis pas « comme toutes les autres femmes » sans réussir à dire pourquoi.

Je n'ai jamais été très bien dans mes baskets mais parfois je me demande si ce n'est pas plus profond comme mal-être que juste ce trouble d'humeur que j'ai. J'ai l'air d'aller bien après avoir côtoyé l'enfer pendant des années, mais ça fait franchement des mois et des mois que je me sens au fond du trou par moment, et finalement je me dis je suis juste peut-être instable psychiquement et c'est tout. Depuis que ce questionnement a pris place dans ma tête, soit je refoule volontairement soit sans même m'en rendre compte. Et c'est des périodes où je ne peux m'empêcher de me dire « je suis une femme si je met ci ou si je me comporte comme ça ça passera et je saurais que je suis bien une femme » donc pour moi c’est des périodes de quelques jours/ semaines d’hyper féminisation si je peux dire ça comme ça depuis 1 an du coup (même actuellement je suis dans cette phase là) et après j’avais tout mes questionnements qui venait toquer à la porte de mon cerveau et ça recommençait à partir dans l’autre sens à refouler.


Ça n’arrête pas depuis un an. Je peux avoir des jours où je me sens en crise avec mon corps où j’ai envie de faire une bêtise, ça va s’étouffer au bout d’un moment mais ça revient toujours. Me regarder dans des vêtements trop féminins ça me met mal à l'aise, voir mon corps, idem. Mais par moment je me dis ça va c'est supportable, c'est juste moi. Et aujourd’hui j’en suis toujours au même point, complètement terrifié(e) par tout ça, pas bien et j’ai l’impression d’avoir un énorme secret envers moi même et les autres. Et j’essaye toujours de me convaincre je suis une femme je suis une femme c’est rien tout ça. Et je trouve que c’est très dur à expliquer.

Je me sens emprisonné(e) dans mon propre corps et finalement quand on y réfléchis bien ça fait longtemps que c’est là. Quand je disais que je me suis jamais posé de question c’est pas entièrement vrai, j’ai cogité ces derniers jours, et je me suis toujours fait des réflexions envers moi même même floues du style « comment je me comporte on dirait pas une fille » ou « quand je me regarde dans le miroir je vois pas une fille il faudrait que je fasse ci ou que je fasse ça » si je me maquille je ressens du « soulagement » par exemple, ça me rassure dans mon identité de genre depuis ma naissance, et tout ça c’est là depuis mon plus jeune âge mais je réalisais même pas..et je veux plus rester comme ça à me sentir mal avec tout ça sauf que ça me donne une réelle angoisse qui fait que je n'arrive pas à en parler, ça me bloque.

Dans mes nombreuses recherches, j'ai fais une séance visio avec un psychologue d'une asso pour les personnes trans, j'ai rencontré des personnes transgenres membres d'une asso au sein de ma ville, j'ai déjà discuté aussi avec une autre personne, j'ai déjà fait pleins de choses. Et à fois que j'en parle en lieu safe comme ça, on peut me dire "moi aussi je suis passé(e) par là donc je comprends exactement ce que tu dis vivre et ressentir" et là ça m'angoisse encore plus... J'ai peur d'affronter tout ça. J'ai peur parce que j'aimerais m'aimer. J'aime la personne que je suis mais pas l'apparence que je renvois et que je vois. Quand on me dit "Madame" ça résonne en moi comme une insulte. J'aimerais juste être bien avec cette apparence physique en tant que "femme". Tout le me dit à quel point je "suis belle" mais moi je me trouve insupportable à regarder. Des fois je me regarde dans le miroir et je me dis à voix haute à quel point je suis horrible. Au départ je pensais juste souffrir d'un complexe. J'ai peur d'un tas de choses, de perdre ma famille en premier. Parce que le sujet de la transidentité ça passe pas super bien et pour le moment j'ai dû retourner vivre chez eux pour des raisons financières donc je suis coincé(e) pour encore quelques mois.

Très peu de personnes dans mon entourage sont au courant que ce questionnement me bouffe littéralement la vie, à part une amie qui m'a dit que je ne peux pas rester comme ça, qu'il faut que j'en parle avec un professionnel. J'ai entamé une relation amoureuse avec un homme mais qui pour le moment est trop complexe pour que je sache si dans quelques mois on sera encore ensemble, on s'aime fort alors j'ai dû lui expliquer tout ça je n'avais pas envie de continuer à ne rien dire. Bon ce n'est pas le sujet. Il m'a dit qu'il m'aimait pour qui j'étais et que par amour il me soutiendrai si je voulais entamer un parcours de transition (je ne le crois pas vraiment car il n'est attiré que par les femmes). Bon pour le moment ce n'est pas d'actualité vu ma situation.

Mais il y à aussi le fait que j'ai envie d'avoir des enfants et pas à 35 ans parce que j'y pense beaucoup en ce moment et que j'ai peur de me compliqué la vie aussi plus tard, j'ai peur de ne plus recevoir d'amour, j'ai peur de devoir couper les ponts avec ma famille, d'être rejeté, que ce soit compliqué au niveau du boulot (j'ai mon diplôme cette année), j'ai peur de ne pas assumer alors que je n'assume déjà pas ce questionnement, j'ai peur de regretter, de me tromper de chemin. En fait je suis guidé par la peur et ça m'empêche d'avancer. Donc je fais tout pour me comporter "comme une femme" parce que je suis habitué depuis toujours à vivre et être perçu en tant que telle et que j'ai peur d'aller droit dans un mur. Je me dis mais comment c'est possible que je me pose ce genre de questions maintenant à 27 ans, sans réel déclenchement, qu'est-ce que j'ai, qu'est-ce qu'il se passe, est-ce que je m'invente des choses etc. J'ai aussi peur quand je me rend compte qu'un parcours de transition c'est pas toujours évident.

En fait à chaque fois je me dis "c'est n'importe quoi je suis pas trans faut passer à autre chose ça sort de nulle part" sauf que je vais réussir à refouler et 3 semaines après je recommence à me sentir mal à me dire que je vis dans un mensonge...

Je ne sais pas trop si vous pouvez m'aider à y voir plus clair, mais je perds les pédales je ne sais plus quoi faire...

PS : si jamais mes paroles sont maladroites et peuvent heurter je m'en excuse ce n'est pas volontaire
Avatar de l’utilisateur
michka
Messages : 1539
Inscription : dim. avr. 29, 2007 7:07 pm

Re: La transidentité c'est les autres

Message par michka »

Salut Gaël,

Je n'ai pas beaucoup de réponses à t'apporter, mais je ne voulais pas que ton message reste lettre morte.
Ce que j'en comprends c'est que tu as "découvert" la transidendité, que ça te parle, mais que ça te fait aussi peur. C'est normal : ça implique plein de trucs, que tu as en partie identifié (enfants, potentiel rejet, etc.).

Donc, souffle. Y a pas d'urgence à te positionner. Y a pas de mensonge de ta part. D'ailleurs, tu en as parlé à la personne que tu aimes. Et puis ça ne regarde que toi.

Une question que je me pose à la lecture de ton paragraphe sur les rencontres et discussions que tu as pu avoir en lieu safe : tu te sens comment dans ces endroits/moments ? Quand on te genre au masculin par exemple ?

En tout cas n'hésite pas à continuer à venir écrire ici.
Et sois le bienvenu :gentil:
Répondre